AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez| .

[HARD] Scarification tattoos ♠ PV Bastian

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: [HARD] Scarification tattoos ♠ PV Bastian Lun 10 Aoû - 15:51


SCARIFICATION  TATTOOS
Mardi soir, ou bien Mercredi matin selon le point de vue. Il était 2h de l'après minuit, l'heure du goûter pour la charmante enfant qui sommeillait au fond du trou de noirceur sans fin que l'on appelle communément Aaliyah McQuillan.
Dans le grand salon au rez-de-chaussée du manoir Kaïn, la démoniaque rouquine était affalée sur un fauteuil du XVIIIème siècle aux allures de trône de princesse. Comme à son habitude elle était sur son 31 : Louboutins hors de prix aux pieds, elle portait une robe de créateur aussi noir que son âme, moulante à souhait et fendue sur tout le côté gauche laissant apparaître sa jambe de porcelaine. Le tout rehaussé d'une multitude de bijoux, d'un maquillage au top et d'une coiffure de Pin-up des années 50. Quand on a l'éternité devant sois et que l'ennuie pèse au dessus de notre tête comme une épée de Damoclès, il faut trouver de quoi occuper chaque minute de chaque jour. Et dans le cas d'Aaliyah, elle adorait perdre du temps à se pomponner tous les matins. Son dressing était d'ailleurs presque plus grand que la salle de torture du sous sols. C'est pour dire à quel point ses deux passions, la mode et la violence, sont traitées à parts égales dans son cœur et pierre fossilisé depuis longtemps.

Cette nuit là, chose rare, il n'y avait aucun vampire dans la demeure. Autrement dit, il n'y avait personne digne d’intérêt aux yeux d'Aali. La belle rousse se retrouvait seule avec ses quelques humains de compagnie qui ne suffisaient pas à la distraire pleinement. Kaïn était sortis, trop occupé à de mystérieuses histoires dont lui seul avait le secret. Le chef du clan avait toujours un coup d'avance sur les événements et Aaliyah en fille prodige avait vite apprit à ne pas lui poser trop de questions sur ses activités. Elle serait tenue au courant du plan bien assez tôt ! Edenia et Killian eux aussi étaient absents depuis plusieurs jours... Ce qui bien sur ne laissait aucun doute sur le fait qu'ils soient ensemble quelque part à s'adonner à de multiples perversions. Quand à Bash, last but not least, il n'avait pas donné de nouvelles depuis le matin au grand damne d'Aali. Le psychopathe avait surement trouvé un gentils troupeau d'humain à dépecer vivant et n'avait pas eu la bonté de convier sa douce rouquine à la fête. Tragique. L'ennuie était tragique. C'était d'ailleurs le plus grand fardeau de l'immortalité selon Miss McQuillan.

La musique tonitruait dans le grand salon tandis qu'Aali lisait un magasine People. "Quelle pétasse celle-là !" lança-t-elle en apercevant une photo d'une jeune starlette dénudée. Puis en passant à la page suivante réservée aux nouveaux tatouages des stars, Morticia Adams Junior eut une idée brillantissime. Ses yeux s’illuminèrent d'une lueur de génie. "Est-ce qu'on a une imprimante les limaces ?" demanda-t-elle à son assemblée de mignons hypnotisés, un écho étrange dans sa voix laissait comprendre à ses choses qu'elle avait une idée tordue derrière la tête. Un jeune homme torse nue d'une vingtaine d'année cessa de danser un instant et se risqua à répondre. "Euh. Oui dame Aaliyah dans le bureau du 2ème étage." Le grand gagnant du jour s'appelait Dylan, mesurant 1m83 pour 76kg, tout en muscle et en sang frais. Le jeune homme était un athlète de seconde division connus pour être volage et souvent drogué. Le genre de casse cou dont la disparition du jour au lendemain n'avait pas étonné les mauvaises langues de son patelin pommé. Aali l'avait repéré dans un bar et il était devenus sa chose depuis environ 2 ans. (Ce qui est à peu près un record de survie.)
"Bravo Dylan, tu viens de gagner un tatouage gratuit mon chéri ! Vas me chercher cette imprimante veux-tu ? TOUT DE SUITE." La belle leva enfin son précieux popotin, balançant son magasine à travers la pièce puis en un coup de vent elle se retrouva dans la cuisine. Tapotant le bout de son nez afin de stimuler sa concentration, Aali fouilla les tiroirs à la recherche de l’ustensile parfait. Elle fût de retour quelques instants après avec une multitude de couverts tous plus affûtés les uns que les autres, dont un immense couteau de boucher bien brillant. Au même moment, l'ado bodybuildé redescendait avec l'imprimante, un air béat sur le visage, loin d'imaginer ce qui l'attendait. "Allonge toi sur la table mon biquet." Aali arracha l'imprimante des mains du jeune humain et le bouscula d'un revers de main pour le faire valdinguer à travers la pièce. Un peu sonné, il s'allongea docilement sur la table basse du salon tandis que la vampire ouvrait la machine avec une délicatesse qu'on ne lui connaissait que rarement. Elle attrapa le pot d'encre noire et perça l'extrémité avec un petit pic à brochette en métal dont l'extrémité était bieeeen pointue. "Qu'est-ce qu'on vous fait monsieur ? Un peu de tout ? Oh mais avec plaisir !" Ses yeux verts brillaient d'une lueur de folie, son sourire était celui d'une enfant ouvrant son tout dernier cadeau d'anniversaire... La belle tortionnaire était aux anges. Alors qu'elle s’apprêtait à transpercer la beau si fragile de son joujou humain à l'aide de son pic à brochette, Aali entendit la porte d'entrer s'ouvrir et Bastian débarqua.
La belle lui jeta un regard noir et plein d'une folie que lui seul pouvait comprendre. Soit il se joignait à elle, soit il la laissait tranquille mais il n'avait pas intérêt à gâcher sa petite séance de torture.   Soit il se joignait à elle, soit il la laissait tranquille mais il n'avait pas intérêt à gâcher sa petite séance de torture. "On se lance dans les ateliers créatifs Bash. Tu sais dessiner ?" Haussant un sourcil interrogateur, Aali lança un couteau à travers la pièce, droit vers le coeur de Bastian.
(c)Lili - ne pas reproduire
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: [HARD] Scarification tattoos ♠ PV Bastian Mer 19 Aoû - 21:25

Scarification tattoos

Aaliyah & Bastian


« L'usage exige qu'un sadique reconnaisse le meurtre mais non pas le plaisir.»
Alors que l’eau glacée coulait le long de mon corps, effaçant les dernières traces de sang de ces délicieuses jumelles avec lesquelles j’avais passé la nuit. Elles étaient là elles aussi, étendue de tout leur long sur le lit aux draps rougis de sang, contrastant parfaitement avec la pâleur qu’elles affichaient. Elles se fixaient l’une l’autre, de leur regard sans vie. Je n’avais, à l’origine, pas prévu de les tuer. Après tout, elles étaient distrayantes, à croquer et exquises qui plus est. Mais au fil de la nuit, alors que ma soif infinie les privait de leur force, leurs cris se firent bien moins intenses. Trop rapidement à mon goûte. Marth proposa de leur laisser leur chance, de les nourrir pour qu’elles reprennent du poil de la bête et que notre amusement dure un peu plus longtemps qu’une semaine, mais j’étais déçu. Et lorsque mes repas me déçoivent, ils ne durent pas bien longtemps. C’est comme tout le monde non ? Lorsqu’on ne trouve plus d’intérêt dans un jouet, pourquoi s’embêter à le garder ? Pourquoi ne pas les jeter ? C’était donc de leur faute si elles ne respiraient plus à cet instant… Mais voilà que je commençais cette nouvelle journée, un mardi à ce qu’en affichait mon téléphone, de mauvaise humeur, n’ayant pas eu mon casse-croûte matinal.
Je finissais de me nettoyer, bien que je me foute que ces petits humains me regardent de leurs grands yeux ridicules en remarquant le sang présent sur mes vêtements, je n’avais pas envie de subir les sermons d’autant plus ennuyants. Comme j’étais impatient du jour où nous n’aurions plus à nous cacher de la sorte et où les humains accepteraient pleinement leur statut de bétail. Car c’est ce qu’ils sont. Je suis impatient de cela même s’il est amusant de voir leur air ahuri lorsqu’on se dévoile…
Je quittais l’appartement sans un regard en arrière, me moquant qu’on les découvre de la sorte, sachant que la culpabilité ne me rongerait jamais. C’était de leur faute, voilà tout. Je pris la direction du manoir histoire de me changer. Je ne pris pas la peine de parler à grand monde en entrant, chacun vaquait à ses occupations, je me contentais de prendre de rapides nouvelles d’Effy, par pur principe. Nous, vampires, avons beaucoup de jouets pour nous occuper dans cette ville pourrie. Elle, sorcière, devait bien s’ennuyer par moment. Mais elle restait assez grande pour se débrouiller seule et apparemment n’y manquait pas alors c’était parfait. Une fois changé, la soif me prit de nouveau, Marth n’aidant en rien en ne cessant de polluer mes esprits : « J’ai faim Bastian… Tu n’aurais pas dû te débarrasser de ces petites si vite… La soif me démange et je sens que toi aussi… » Mais ce qui me démangeait en cet instant c’était mettre un terme à cette voix qui m’insupportait à ne cesser de raviver ma soif. Je décidais de filer de suite, lassé de cette ville et de ces mets de qualité médiocre. J’imposais à l’un de nos esclaves humains de me ramener les clés d’une des voitures de collection de Killian, sans prendre la peine de demander à l’intéressé, de toute manière, il savait que je la lui rendrais sans égratignures, normalement…

Quand la vitesse n’a plus de secret pour vous et que vous avez des réflexes surhumains il n’est pas complexe de quitter la ville pour aller aux alentours de Mystic Falls. Cela ne fait pas longtemps que l’on est installé dans cette fichue ville et pourtant je m’en ennuyais déjà. Il faut dire que lorsqu’on a autant de siècles derrière soi, il en faut beaucoup pour nous surprendre…
Je m’arrêtais dans une école primaire légèrement en retrait de la ville et m’amusais à hypnotiser des enseignants afin qu’ils condamnent toutes les portes de l’endroit. Ensuite, je jouais à cache-cache avec les enfants, hormis que lorsque je les trouvais, je les dévorais. Cela m’occupa bien, avant que j’en finisse avec les enseignants et mette le feu à l’endroit, quoi de mieux pour cacher ses traces ? J’avais juste oublié qu’à partir d’un moment les parents viennent chercher leurs bambins. Une mère fit l’erreur de venir un peu trop tôt… Je la coursais alors qu’elle me voyait sortir par l’entrée du bâtiment, les iris noirs, veines et crocs apparents et mes vêtements imbibés du sang des bambins, le feu prenant petit à petit. Elle se mit à hurler, pleurer et détaler. Quelle bêtise dans le crâne de ces pathétiques bestioles. Je la plaquais contre le capot de la caisse de Killian, un peu trop violemment peut-être, enivré par mon festin enfantin, oubliant le temps d’un instant que je m’étais dit lui rendre sans casse… Trop tard… Je dégustais ce petit dessert avant de la lancer dans les flammes. Partant en faisant crisser les pneus de la voiture.
Par la suite je m’arrêtais dans un bar, hypnotisant quiconque me posant trop de questions, buvant sans prendre la peine de payer. M’amusant d’entendre les sirènes passer et les nouvelles parlant de mon carnage émouvoir les clients. Me faisant sourire de plus belle. Puis la lassitude me gagna de nouveau. Alors je me décidais enfin à rentrer.

Je garais la voiture sans prendre la peine de vérifier son état et passais enfin les portes du manoir. J’avais déjà perçu le rythme de musique faisant vibrer les fenêtres de la demeure. Il me suffit d’inspirer longuement pour percevoir le doux parfum de notre Aaliyah. Elle semblait seule avec ses petits jouets. Ainsi elle avait trouvé de quoi occuper sa nuit ici. Je ne tardais pas à la découvrir dans le notre immense salon, un imbécile prenant ses aises sur la table basse, la vampire penchée sur lui, un pic en fer en main. J’arquais un sourcil en la contemplant de la sorte « A quoi se divertit encore cette demoiselle penses-tu Bastian ? » Se questionnait Marth, je ne pris pas la peine de lui répondre, déjà Aaliyah m’éclairait sur son activité nocturne. A son regard, je compris qu’elle avait trouvé un nouveau jeu pour occuper ça nuit. Ce, avant de me lancer un couteau, visant le cœur. Je le rattrapais alors que la lame était à moins d’un millimètre de ma chemise. Je ne l’avais pas pour autant quitté du regard « Des ateliers créatifs… Tu as décidé de décorer ces jouets ? » Je m’avançais vers eux, jouant avec la pointe aiguisée de la lame avant de jeter un coup d’œil à l’humain qu’elle avait choisi, je ne prenais jamais la peine de retenir leur ridicule noms de chien et eu un sourire froid : « ça peut-être amusant… » Puis je claquais des doigts et une de mes poupées en porcelaine accouru et s’agenouilla à mes côtés alors que je m’installais dans l’un de nos fauteuils de cuir, je continuais, faisant glisser la pointe le long du visage de l’humaine jusqu’à ce qu’elle relève le menton pour plonger mon regard dénué de raison dans ses yeux envoutés : « Qu’en penses-tu ma douce ? » Elle opina et je lui tendais le couteau pour qu’elle le trempe dans l’encre et me le tende avec un sourire : « Ne bouge pas, ton bel œil risquerait d’y passer… » Alors elle savait qu’elle ne me serait plus d’aucune utilité, abîmée de la sorte. Je plantais la pointe à proximité de sa paupière avant d’entailler sa chair tendre m’amusant de la voir lutter contre la douleur pour ne pas bouger. La brave chienne sait à quel point je ne supporte pas qu’on m’empêche de faire ce que je souhaite. Puis je m’adressais à Aaliyah en lui jetant un coup d’œil en coin : « Je ne m’attendais pas à te voir toujours dans le manoir… Tu as réussi à trouver de quoi te divertir comme il se doit aujourd’hui ? » Il ne me semblait pas compter d’absent dans nos petits esclaves mais je pouvais toujours me tromper. Et je connais suffisamment Aaliyah pour savoir qu’elle est facilement sujette à l’ennui bien que son imagination débordante ne l’empêche jamais de trouver de nouveaux jeux des plus distrayants. Puis à ma petite toile : « Vous avez été sage avec notre chère Aaliyah ? » L’humaine commença à opiner, alors je lui agrippais violemment le visage, mon regard devenant en l’éclair d’une seconde noir et glacial : « Ne bouge pas. » crachant mes mots avec froideur alors qu'en punition pour son comportement j'enfonçais de plus belle la lame. Jusqu'à ce que je vois la peur pimenter son regard, un sourire en coin empreint de folie étirant mes lèvres.

code by ORICYA.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: [HARD] Scarification tattoos ♠ PV Bastian Ven 21 Aoû - 21:41


SCARIFICATION  TATTOOS
Parfois un petit rien a le don de bouleverser entièrement notre vie. Bastian avait été ce petit rien il y a 800 ans, qui avait instillé sournoisement l'idée d'immortalité dans la tête d'une jeune viking effrontée.
Contrairement aux milliers d'esclaves humains que Bastian avait eu au fil des siècles, Aali était encore en vie. OUI, la belle rouquine avait survécus non seulement à la mort elle même, mais aussi à l'un des pire psychopathe que la terre ai connue. Parfois la douce demoiselle se laissait même à pense que Bastian était bien pire que la mort. Une idée qui soulevait généralement chez elle un frisson incontrôlable d'excitation. Elle avait été autrefois une esclave docile et consentante pour les milles et unes perversion qui fleurissaient à chaque seconde dans l'esprit de notre ami schizo. Allant même jusqu'à prendre du plaisir dans les pires actes de violence qu'elle avait subit, la demoiselle jadis fragilement humaine, avait réussit à rester intéressante aux yeux de Bastian assez longtemps pour devenir son égale.

A travers les siècles, Aali était devenue une vampire compliquée oscillant entre une folie aux notes presque enfantine et des envies toujours plus horribles les unes que les autres. Son magnifique regard vert émeraude brillait d'une lueur de démence capable d'effrayer un tueur en série (oui oui, on a testé). Mais cela n'avait jamais fais peur à Bastian. Il était comme elle, pire qu'elle, il la poussait encore et toujours plus loin dans les bas-fonds de la noirceur. Et lorsqu'on aurait put croire qu'ils avaient touché le fond de la décadence et de la cruauté, ils faisaient tous les deux encore mieux. La seule arrivée de Bastian dans le manoir avait suffit à réveiller un peu la bête infâme qui contrôlait le corps d'Aali.
La rouquine regarda son... ami ? amant ? dominant ? égale ? Comment qualifier le lien à la fois pervers, obscène et instable qui unissait les deux vampires ?
La rouquine regarda son... psychopathe préféré entrer dans la pièce et son monde s'éclaira. Elle avait passé une journée épouvantable d'ennuie. Dans cette ville de bouzeux de l'Amérique profonde, rien n'avait de saveur. Même pas la jeune enfant ligotée qui agonisait dans la pièce attenante. On ne percevait presque plus les battements de son coeur tant la mort était proche. La pauvre gamine d'à peine 15 ans n'aurait pas du porter une jupe aussi courte, c'est très aguicheur ! Et Aali a un petit faible pour les gamines toutes fraiches qui se prennent pour Britney Spears. Sachant pertinemment que Bastiant avait du percevoir le bruit du coeur agonisant non loin de là, Aali lui dit avec un sourire coquin : "Tu me connais Bastian, je ne suis pas restée enfermée toute la journée. J'ai bien du sortir pour ne pas succomber à la démence léthargique que provoque ce manoir pourri sur mon pauvre esprit." Un gémissement de chien battu se fit entendre depuis la pièce voisine. La pauvre petite devait souffrir le martyre, nue, enchainée, blessée et à moitié vidée de son sang. Qu'elle continue donc à agoniser, les derniers relents de vie dues à une mort lente et douloureuse sont une musique d'ambiance dont Miss McQuillan était totalement fan. Ce genre de son stimulait son côté créatif. Et elle en avait bien besoin à ce moment là, en pleine séance de tatouage tribal. Trempant son pic à brochette dans l'encre noir, Aaliyah fit une moue concentrée avant d'abattre son arme sur le torse de son esclave. La pointe assérée déchira lentement la peau dorée de Dylan qui sous l'effet de la vive douleur se mit à tendre tous les muscles de son corps. Savourant la souffrance qu'elle procurait à son joujou, Aali continua son dessin avec une motivation certaine. L'acier tranchait le torse avec une facilité déconcertante et bien vite le sang commença à suinter délicatement par la plaie béante qu'avait laissé le premier trait de notre dessinatrice du jour. Elle trempa à nouveau son pic à brochette dans l'encre tout en passant sa langue sur ses lèvres avec délectation. Regardant Bastian, qui chouchoutait une esclave en la traitant comme une poupée de soie, la rouquine prit son plu bel air de femme enfant, mi boudeuse, mi séductrice, pour lancer : "Celle-ci a été très vilaine Bash! Je n'aime pas du tout son regard.... sournois." A vrai dire la pauvre loque n'avait rien fait de concrètement répréhensible, mais Aali était du genre fourbe, possessive et jalouse. Elle aimait être le centre d'attention numéro 1 de Bastian même si cela ne durait généralement que quelques heures avant qu'il ne la délaisse pour d'autres passe temps. Les seuls contact qu'Aali aimait voir entre Bastian et les humaines, c'était quand il les faisaient souffrir jusqu'a ce que la douleur soit si insoutenable qu'elles en crachent leur dernier souffle en tentant de hurler.   Il ne fallut pas plus d'un regard pour que Bastian comprenne à quel point Aali voulait voir mourir cette fille ce soir. Le tout était de savoir à quelle sauce elle allait être mangée. Mais avant le plat du jour, il y a l'apéro. Telle une bouchère frénétique, Liyah plantât à nouveau son pic dans la chaire tendre et appétissante de Dylan. Il gémit. "La ferme esclave !" Afin d'être plus à l'aise notre jolie tortionnaire se redressa pour se mettre à califourchon sur le ventre de l'humain, qui lui même était toujours étendus sur la table basse. L'exercice la força à déchirer sa robe longue afin de pouvoir déployer à sa guise ses fines jambes de porcelaine. La robe était désormais fendue si haut que l'on pouvait apercevoir la fine dentelle noire des sous vêtements de la Vampires. Mais puisque la pudeur était un mot qui n'existait pas dans le dictionnaire McQuillan, la belle ne se soucia pas de cela et se pencha avec gourmandise sur son oeuvre d'art pour lécher avec délectation la plaie suintante de sang qu'elle venait de dessiner. Elle gémit à son tour... de plaisir.
(c)Lili - ne pas reproduire
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: [HARD] Scarification tattoos ♠ PV Bastian Mer 9 Sep - 4:19

Scarification tattoos

Aaliyah & Bastian


« L'usage exige qu'un sadique reconnaisse le meurtre mais non pas le plaisir.»
Je laissais aller mon oreille aux bruits du manoir. Les respirations de ces misérables insectes, le boucan de leur palpitant s’emballant dès que l’un de nos regards se déposait sur eux, fiers d’avoir droit à notre attention, aveuglés par notre magnificence. Que d’imbéciles. Il me suffisait parfois de les regarder pour être pris d’une envie folle d’arracher la trachée de chacun d’entre eux et d’aspirer au calme, au silence et n’être bercé que par les arômes et tanins enivrants de leur sang. Mais avec quoi jouer par la suite ?
Mes idées noires furent estompées par les couinements étouffés d’une malheureuse. Je ne mis pas longtemps à deviner qu’il devait s’agir de la distraction dont faisait allusion Aaliyah. A la tonalité, je devinais qu’une demoiselle avait dû faire passer quelque peu l’ennui à notre très chère. Il est toujours mauvais de se trouver sur notre chemin lorsque ce sentiment nous ronge… Il suffit alors que notre attention se porte sur une personne pour que notre imagination maladivement sadique et obscène ne prenne le dessus et décide du sort qui s’abattra sur ces misérables petites proies.
Ainsi, notre belle vampire à la chevelure de feu avait trouvé de quoi s’occuper. Nous l’aurions retrouvée dans une humeur bien plus sombre et destructrice si tel n’avait pas été le cas… « J’espère qu’elle t’a bien amusée… » Ajoutais-je après le gémissement poussée par ce qui me semblait, à l’odeur, être une demoiselle à la fleur de l’âge… Son sang juvénile possédant encore cette teinte pure, douce et sucrée qu’ont les vierges. Je me tus pour apprécier le ralentissement de la cadence des battements de son cœur. Elle n’en avait plus pour très longtemps et la pauvre allait crever seule, dans la froideur des cachots de notre humble demeure, baignant dans son sang, sa frayeur et ses larmes futiles. Même Marth ne prononçait pas le moindre son dans mon crâne, jouissant de cette mélodie allant decrescendo.

L’un comme l’autre nous adonnions à nos peintures sur toile humaine. Bien que l’insignifiante qui tremblait de douleur et de peur entre mes mains m’affirmait avoir été sage avec l’une des maîtresses de maison, cette-dernière affirma l’inverse. Je haussais un sourcil, relevant mon regard vers Aaliyah : « Tiens donc… » Mon regard rencontra celui d’Aaliyah. Il brûlait d’un désir meurtrier et sanguinaire. L’insignifiante ne passera donc pas la nuit, c’était certain. Je ne m’en froissais guère, à l’inverse, déjà maintes idées me venaient pour occuper ses derniers instants de vie… Puis, je repris, cette fois à l’adresse de la malheureuse : « Tu ne sais donc pas que les pouilleuses telles que toi n’ont le droit de poser le regard sur Aaliyah… Qu’allons-nous bien pouvoir faire pour te le faire comprendre… » Elle tremblait de plus belle, décelant ce vice dans mon regard cruel. Il est toujours meilleur de préparer son repas comme il se doit. Parfumer son sang de peur et d’effroi…
J’enfonçais de plus belle la lame, maintenant son visage d’une poigne ferme alors qu’elle gémissait, se mordant les lèvres jusqu’au sang pour retenir ses cris alors que la lame trempée d’encre rencontrait sa cornée. Il suffit d’un peu plus de pression pour que l’encre se disperse, teintant le blanc de son regard. Je faisais glisser la lame pour rejoindre sa peau déchirant celle-ci jusqu’à la chaire continuant ma lente découpe jusqu’à la racine de ses cheveux.
La désespérée se débattait, essayant de se délivrer de ma main, serrant mon poignet de ses doigts frêles sans parvenir à me faire ciller. Ce fut le soupir de la vampire qui me fit détourner mon regard. Elle se trouvait désormais sur son esclave en pleine délectation du sang de ce-dernier. La voir savourer de la sorte raviva ma soif, les veines entourant mes yeux se teintant légèrement.

Je me redressais, laissant la condamnée un instant pour plonger un doigt dans les entailles faites par Aaliyah et goûter à ce sang qui parvins à la mettre dans tel état. « Cela doit bien faire un moment que tu n’as pas goûté à grand cru pour jouir de si peu… » Me moquais-je. Les plaintes de l’humaine me firent de nouveau détourner mon attention. Mon regard s’assombrit de nouveau, mais de colère cette fois. Elle avait osé porter la main sur la plaie béante que je lui avais faite, voilà que le sang coulait de plus belle et l’encre de même. Le derrière de ma main vint rencontrer violemment sa mâchoire, l’étalant de tout son long au sol.
Elle se recroquevilla sur elle-même, ses lamentations étant quelque peu étouffées par ses bras qui entouraient son visage. Je m’accroupis à ses côtés et attrapa violemment l’un de ses avant-bras, son œil valide me dévisageait d’effroi, me suppliant silencieusement de ne pas mettre fin à ses jours. Elle avait au moins retenu une chose, si elle prononçait le moindre mot, se serait sa gorge la prochaine ciselée. J’attrapais son index entre deux doigts : « Que faire d'une imbécile telle que toi… » Je tirais lentement sur son doigt, l’arrachant petit à petit, sentant ses phalanges se tendre, ses os s’étirer, sa peau se craqueler, jusqu’à ce que la pression soit trop forte et que son index se détache du reste de sa main. La balançant négligemment, j’eus un sourire, jubilant d’entendre un cri s’échapper de sa gorge, n’y tenant plus. J’appuyais sur la plaie avant de porter mon doigt à mes lèvres, exquis, mais pas encore assez à mon goût…  

code by ORICYA.

Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [HARD] Scarification tattoos ♠ PV Bastian

Revenir en haut Aller en bas

[HARD] Scarification tattoos ♠ PV Bastian

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Bastian C. Ainsley - La perfection méprise le temps et la peine !
» Qu'on ne vienne pas me déranger | Lou.
» Ficelles invisibles dans le noir [Comte, Sébastian] [02/10/41]
» Des morts dans la rue !
» Prix Puskás 2011 ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mystic Falls Forever :: RP-